* 2012, Carnet de courses N°2 :

Alpinisme. Mont Maudit (4465 m), Arête Nord-Est.10 Septembre 2012

Anne au sommet du Mont Maudit
Anne au sommet du Mont Maudit
Aig.Midi. Grimpeurs dans le brouillard
Aig.Midi. Grimpeurs dans le brouillard

Depuis longtemps, Anne souhaitait faire une course en altitude.

Nous nous retrouvons au café du téléphérique de l'Aiguille du Midi. L'objectif du jour est le Mont Maudit, par son Arête Nord-Est.

Au sommet du téléphérique, sous un beau soleil, on se prépare. Equipement et encordement. A 9h, c'est le départ!

Col du Midi, Epaule du Tacul, nous arrivons bientôt au Col Maudit.

Très sportive, habituée à la pratique de nombreuses activités de montagne, Anne est rapide et suit sans problèmes.

Une pause puis nous sortons des sentiers battus. Maintenant, il faut faire la trace! Passage de la rimaye, puis une pente plus raide pour rejoindre le fil de l'arête. Là, sur la crête frontière, le parcours est aérien, varié, toujours intéressant et très esthétique!

Escalade mixte, corniches, nous retouvons des traces de passage à la sortie de l'arête Kuffner. Un dernier mur puis nous débouchons juste sous le sommet, face au Mt-Blanc. Magnifique!

Encore quelques pas et c'est la pause sur le joli granit sommital.

Super! Quel beau sommet aujourd'hui! Et à un bon rhythme: 2h45 depuis le sommet de l' Aiguille du Midi! Au loin, émergeant des nuages, les Grandes Jorasses, le Mont Rose...

Quelques minutes très agréables au sommet puis nous descendons à la jonction avec l'itinéraire des 3 Monts pour le déjeuner.

Retour en direction du sommet de l' Aiguille du Midi, atteint à 14h30.

Une très belle journée! Merci Anne!

 

Christophe Ducroz 

Randonnée - Rochers des Fiz, Sixt - Traversée de la Brèche de la Ratelière aux Jumelles - 8 septembre 2012

Pascal

Alpinisme. Mont-Blanc (4808 m). 7 et 8 Septembre 2012

Alex et Jason; Mt-Blanc summit!
Alex et Jason; Mt-Blanc summit!
Passage du Dôme du Gouter
Passage du Dôme du Gouter

Avec la même équipe que la veille, nous nous retrouvons pour prendre le T.M.B à St-Gervais.

Après une journée d'ascension sans histoire par Les Rognes et Tête Rousse, et quand même avec quelques efforts, nous nous retrouvons au refuge du Gouter pour une pause nécessaire et méritée. Repos, dîner, et au lit!

Le lendemain, au milieu de la nuit, c'est le départ à la lampe frontale, sous les étoiles. La journée promet d'être très belle!

Pause au Col du Dôme, Alex et Jason sont dans le rhytme. Abri Vallot, puis au dessus de la Petite Bosse, la fatigue et l'altitude se font sentir. Courage! Un peu plus haut, la dernière arête, nous arrivons au but.

Mt-Blanc summit! Super! Congratulations! Jason and Alex, perfect!

La météo est magnifique, nous restons là-haut 30 minutes à admirer le fantastique panorama qui nous est offert. Toast et photos obligatoires!

Retour direction le refuge du Gouter, puis celui de Tête Rousse atteint pour le déjeuner. Il faut encore descendre pour prendre le dernier train au Mont Lachat. Les derniers mêtres se font en courant! ;-)

Alex et Jason, bravo!

 

Christophe Ducroz

 

 

Alpinisme. Petite Aiguille Verte (3512 m), Traversée. 6 septembre 2012

Petite Aig. Verte. On the top!
Petite Aig. Verte. On the top!
Jason et Alex sur la route
Jason et Alex sur la route

Coup de téléphone de James, collègue du B. Guides de Sixt. Il ne peut être disponible et souhaite me présenter Alex, un de ses clients et amis. Rendez-vous tous ensemble pour un verre chez Alex à Sixt. Jason, un proche d'Alex, est de la partie. Ils ont le projet de gravir le Mont-Blanc. Je leur propose dans un premier temps d'aller à la Petite Aiguille Verte.

Le lendemain, la journée est superbe, et depuis le sommet des Grands Montets, nous rejoignons les premières pentes de neige. Encordements, explications, techniques de cramponnage, crevasses, puis escalade mixte et variée sur l'arête, altitude... Jérémy, un collègue guide, me suit depuis le col avec son client. Encore un effort, le sommet est bientôt rejoint! Jason, Alex, bravo, félicitations!

Du sommet, la vue est magnifique! Autour de nous, Aiguille du Chardonnet, Aiguille d' Argentière, Aiguille Verte, Aiguilles des Drus, et au fond, le Mont-Blanc...

Après ce très bon moment, nous prenons le chemin de la descente, par l'arête est. Désescalade, manoeuvres de cordes, avec Jérémy, nous unissons nos forces pour être plus rapides. Plus bas, c'est le retour tranquille au Grands Montets pour prendre un verre ensemble, et trinquer à cette belle course! Seule fausse note de la journée, pendant cette courte pause, quelqu'un a volé le sac à dos de Jason!

Malgré tout, nous décidons de nous organiser et de continuer le programme initial, direction Mont-Blanc!

 

Christophe Ducroz 

Alpinisme. Mont-Blanc (4808 m). 4 et 5 Septembre 2012

Premiers rayons depuis l'Arête des Bosses
Premiers rayons depuis l'Arête des Bosses
Notre cordée au sommet
Notre cordée au sommet

Gérard souhaite effectuer l'ascension du Mt-blanc avec son fils Lionel. L'idée première était la voie des 3 Monts, mais au vu des dangereuses conditions du moment, la voie normale est donc choisie.

Rencontre et départ de St-Gervais pour la montée au refuge de Tête Rousse puis le refuge du Gouter. Je croise comme souvent quelques collègues guides, dont Eric, un ami d' Evian. Court repos de quelques heures au refuge avant le départ au milieu de la nuit.

Le lendemain, la montée au passage du Dôme s'effectue sous les étoiles, et un peu au dessus de l' abri Vallot, sur la Petite Bosse, les premiers rayons du soleil irradient déjà le sommet et son versant est. Gérard et Lionel sont dans le rhytme, même si là, en altitude, la fatigue est bien présente. Quelques encouragements, la dernière arête, les derniers pas!

Mt-Blanc! Bravo Gérard, bravo Lionel!

Magnifique sommet ce jour-là, les premières lumières d'automne illuminent une bonne partie des Alpes tout autour de nous. Magique!

Après, le retour via le refuge du Gouter et celui de Tête Rousse demandera encore de l'attention et sera comme souvent encore long jusqu'à St-Gervais, rejoint en fin d' après-midi.

Merci à vous!

 

Christophe Ducroz 

Alpinisme. Mont Buet (3096 m), La Guivre, SIXT. 26 Aout 2012

Jérémy au pied de La Guivre
Jérémy au pied de La Guivre
Ambiance sur la Fausse Guivre
Ambiance sur la Fausse Guivre

Jérémy sur l' arête Nord
Jérémy sur l' arête Nord
Au sommet
Au sommet

Jéremy est passionné par les montagnes sauvages de Sixt.

S'y aventurer est toujours synonyme d' authenthicité, parfois d'isolement...

Fort logiquement, sur le net, il tombe sur le commentaire laissé par l'ami Pascal sur sa récente sortie au Buet par La Guivre, le 4 Aout dernier ( voir son compte-rendu et photos ). Un coup de tel, et le rendez-vous est pris pour le lendemain!

Nous nous retrouvons à Sixt, et quelques minutes plus tard sur le chemin des Fonts depuis le hameau des Fardelays. Nous passons rapidement à travers ce bel alpage puis nous sortons des sentiers battus pour rejoindre le pied des parois du Buet.

Tout de suite, l'ambiance est incroyable: Le beau temps est annoncé mais pour l'instant nous sommes dans des nuages encore bien accrochés au relief, et l'impression d' être déjà loin est bien réelle.

Une pause, puis piolet en main, nous remontons la Guivre, couloir caché avec quelques marches raides sur les derniers mètres, taillées quelques jours plus tôt par Pascal.

Jérémy est plutôt à l'aise mais au-dessus, un passage d'escalade aérien et très exposé me décide à utiliser la corde pour l'assurrer correctement. Ici, le faux-pas est totalement interdit! Avant, pour franchir ce passage, plus à droite, il y avait une chaine. Plus rien aujourd'hui; mystère...

Un peu plus haut, dans ces gazons très raides, nous mettons les crampons. Tout de suite plus à l'aise, nous passons encore un mur soutenu, pour déboucher sur la Grand Vire du Buet.

Après, c'est une succession de ravines, avec quelques pas délicats.

Soudain, à 30 mètres, nous surprenons une harde de chamois posés sur une arête. Ils prennent plus bas, disparaissant dans le brouillard. Quelle aisance!

Nous sortons sur le Plan du Buet et là, les nuages enfin se déchirent et laisse place au soleil! Il est l'heure du déjeuner! Tout autour de nous, chamois et bouquetins se partagent ce joli quartier.

Ensuite, lentement, nous remontons le pierrier où une colonie de lagopède nous accompagne un instant. Le chemin est rejoint, puis l'arête nord, et enfin nous arrivons au sommet. Buet, 3096 m! Super!

Bien Jérémy! 2000 m de dénivelée dans un terrain pas toujours facile!

Le Mont Buet est un vrai beau sommet, massif, avec une vue panoramique sur les montagnes de Haute-Savoie et plus loin encore...

Un petit vent souffle, et le froid est piquant! Nous apprécions la veste gore-tex! Photos, bonne pause, nous reprenons le chemin de la descente.

Plus bas, nous croisons quelques trailers venant de Vallorcine, chrono au poignet, trop légèrement équipés et donc plutôt refroidis! Nous les laissons pour replonger dans la solitude et les grands espaces des Beaux Prés, rejoints juste après le passage de la chaine. Là, un troupeau de bouquetins prend tranquillement le soleil. En ces lieux, les cascades et multiples fleurs variées incitent plus à la sieste et à la rêverie... Encore un petit effort pour nous, et nous rejoignons le refuge des Fonts, où la pause est plus qu'obligatoire! Boissons, et les tartelettes myrtilles sont vite avalées! ;-)

Un passage par l'ancien chemin, sous le Nid d' Aigle d' Alfred Wills, et une dizaine d' heures plus tard, nous retrouvons le parking et les chalets des Fardelays. Quelle belle course!

Jérémy repart dans l' Ain, mais je crois que dès que possible, il sera prochainement dans le coin! ;-)

 

Christophe Ducroz 

Randonnée glaciaire - Alpinisme. Chamonix - Arolla, Valais, Suisse. 20 au 25 Aout 2012.

Toute l 'équipe au sommet du Pigne d' Arolla
Toute l 'équipe au sommet du Pigne d' Arolla
Au Col de l' Evèque
Au Col de l' Evèque

Brigitte et Jacques souhaitent effectuer en famille Chamonix-Zermatt. Ce magnifique parcours permet de rester en montagne plusieurs jours de suite en altitude, de naviguer de refuge en cabane en traversant différents glaciers, dans des paysages variés.

Avec leurs enfants, ils ont déjà effectués de nombreuses sorties avec Michel Veisy, un ami et collègue guide, blessé actuellement.

Rencontre à Samoëns avec leurs filles, Audrey et Mathilde, et leur ami respectif, Brian et Florian. Préparations, organisation, matériel, rendez-vous est pris au point de départ, le village du Tour.

J'y croise Pierre, un ami guide de St-Gervais, lui aussi présent avec le même objectif. Toute l'équipe est là, et nous nous mettons en route à travers les fleurs du bel alpage de Balme. Le sentier emprunté nous mène au refuge Albert-1er, très bien placé en bordure du Glacier du Tour, dominé par la fière allure du Chardonnet. Beau coin!

Le lendemain, ce sont les premiers pas sur le glacier. Encordement, puis plus haut, nous arrivons au pied du Col Supérieur du Tour. Quelques pas délicats, c'est la frontière! Pause avec une vue splendide sur le vaste plateau de Trient que l'on traverse ensuite. A la descente du Glacier d'Orny, Mathilde est devant et cherche son chemin à travers les crevasses. Exercice réussi et nous rejoignons la Cabane d'Orny, toujours accueillante, où nous retrouvons Pierre et ses clients pour le déjeuner. Dans l'après-midi, nous rejoignons Champex et le gite " Au bon abri ", une très bonne adresse où nous passons une très agréable soirée.

Le lendemain, transfert à Mauvoisin avec le Taxi des Combins, conduit par le collègue guide Jean-Yves Michellod. Notre itinéraire, récemment réaménagé et également nouveau pour moi, doit nous conduire directement depuis le bord du barrage au glacier de Gietroz. Nous nous élevons rapidement avec les échelles et quelques cables en place dans les passages délicats, croisant un grand nombre d'édelweiss, et surplombant les eaux du barrage. Superbe!

Après une raide moraine, c'est le déjeuner en bordure du glacier. Suivent de délicats éboulis d'accès au glacier où, ce dernier rejoint, Brigitte ouvre la marche. Jacques en profite pour rendre visite à une crevasse, sans conséquences heureusement. ;-) Nous arrivons ensuite au Col de Cheilon, pour rejoindre plus bas le paysage lunaire de la Cabane des Dix, notre lieu de repos après cette belle journée complète et sauvage.

A l'aube, le lendemain, nous remontons le glacier qui mène à la Serpentine, tout proche du Mt-Blanc de Cheilon. Quelques crevasses, un passage raide en bonnes conditions, de bonnes marches, nous voilà sur le vaste plateau glaciaire qui mène au Pigne d'Arolla, célèbre sommet où tout le monde se retrouve. Un grand bravo à tous!

Un paysage extraordinaire nous entoure! Et la météo est de la partie depuis notre départ, même si quelques gros cumulus se forment rapidement. A la descente, après le glacier et le déjeuner, nous regagnons la Cabane des Vignettes, une demi-heure avant que n'éclate un violent orage! Nous y retrouvons Pierre et ses clients.

Là, avec le mauvais temps annoncé, nous décidons de ne pas monter le lendemain à la Cabane Bertol. La descente sur Zermatt sera pour une prochaine fois! Repos, très bon accueil et soirée agréable aux Vignettes.

Le lendemain, le vent est violent et le ciel est un peu chargé! Jacques, un peu fatigué, est accepté par Pierre et son groupe, qui descendent directement sur Arolla. De notre coté, après le salut aux gardiens, nous traversons le Glacier d' Otemma, pour gagner le Col de l'Evèque. Courte pause, photo, le vent est fort et nous repartons. Petit passage en Italie pour redescendre versant suisse, en zig-zag entre les crevasses, par le Haut Glacier d' Arolla, puis enfin le village lui-même. Au dîner, tous ensemble réunis, nous savourons une fondue bien conviviale!

Retour routier le lendemain, Vallée du Rhone puis celle de Chamonix. 

Bon anniversaire Jacques et merci à tous pour ce très beau voyage!

 

Christophe Ducroz 

 

 

 

 

Alpinisme / Escalade - Pointe des Chamois (2860 m), Aiguilles Rouges - 22 août 2012.

Carine à l'arête Sud moderne des Chamois
Carine à l'arête Sud moderne des Chamois

 Après la nuitée dans l’adorable refuge du Lac Blanc, rejoint depuis le télésiège de l’Index des Praz de Chamonix, départ très matinal avec Carine pour l’Arête Sud Moderne des Chamois. Une voie de Michel Piola qui remonte les meilleures parties rocheuses de cette arête que l’on peut aussi gravir de manière plus classique, « en grosses » et presque entièrement à corde tendue.

Pour nous, c’était chaussons, coinceurs et scellements à demeure, pour une véritable symphonie de passages splendides essentiellement en dalle, du 5c au 6b.

Descente par le pierrier du Col de Beugeant avant de rejoindre le Lac Blanc et la Flégère pour descendre en téléphérique. On a tout simplement adoré.

 

Wilfried

 

Alpinisme - Cervin ou Matterhorn (4478 m), massif du Valais - 19 août 2012.

Le Cervin, ou Matterhorn, en Valais (Suisse)
Le Cervin, ou Matterhorn, en Valais (Suisse)

Un des rêves de mon ami Jean-Georges est ainsi devenu réalité, après tant d’années à admirer ce Cervin depuis les pistes de Zermatt… Tout s’est très bien passé, avec des conditions optimales côté météo. On était en petite polaire au sommet. La descente parait toujours aussi longue, demandant beaucoup d’attention. Quelle journée grandiose, scellant bien des années d’attente pour Jean-Georges. Les meilleures conditions de réussite étaient ainsi réunies. Une journée lumineuse en somme !

 

Wilfried


Randonnée - la Tournette - massif des Bornes - 19 août 2012

Quand on est né à Annecy, il faut un jour ou l'autre gravir la Tournette ! C'est ce que nous avons fait avec Nico en ce beau dimanche de canicule.

Départ à la fraîche du Chalet de l'Aulp pour une bonne montée au milieu du flot de randonneurs, plus ou moins à l'aise dans les passages câblés ou patinés, et venus chercher un peu de fraîcheur sur la "montagne des Annéciens".

 

Après une visite aller-retour au sommet, midi nous trouve à l'abri d'une niche ombragée au pied du Fauteuil pour un casse-croûte de luxe bien mérité avec, à nos pieds, le lac d'Annecy et ses couleurs de lagon des mers du sud.

A la descente, nous optons pour le sentier de l'épaule de Varo, plus raide et plus sauvage car moins fréquenté. Nous y surprenons d'ailleurs des bouquetins au détour d'une dalle.

Et comme toujours, on s'arrête au bord du lac au retour pour piquer une tête : un véritable instant de délassement et l'un des charmes, aussi, de ses randonnées annéciennes.

Et voilà, la Tournette est faite ! Bravo Nico !

 

Pascal

 

Alpinisme. Bishorn (4153 m), Val de Zinal, Valais, Suisse. 17 et 18 Aout 2012

Christine et Patrick sur fond de Bishorn et Weisshorn
Christine et Patrick sur fond de Bishorn et Weisshorn
Coucher du soleil sur le Zinalrothorn et l'Obergabelhorn
Coucher du soleil sur le Zinalrothorn et l'Obergabelhorn

De retour de la Traversée des Ruans et encore libres quelques jours, Catherine et Patrick souhaitent remettre le couvert!

Je leur propose d'aller découvrir ensemble un beau sommet chez nos voisins suisses, le Bishorn, qui culmine tout de même à 4153 m!

Trajet routier pour rentrer dans la typique vallée de Zinal, où, sur le parking de départ, nous croisons un collègue guide des Aravis, Franck, en partance lui aussi pour la cabane de Tracuit.

Après quelques heures de montées, rhytmées par les rotations d'hélicos qui oeuvrent à la construction de la nouvelle cabane, nous pouvons deviner, à travers les mélèzes et les pins arolles, les sommets qui se dévoilent peu à peu... Arrivés à la Cabane, la vue est fantastique, et nous passons de longues minutes à admirer ce qui nous entourent: Dent Blanche, Obergabelhorn, Zinalrothorn, Weisshorn et enfin Bishorn, notre objectif! Les couleurs varient avec les derniers rayons du soleil... Quel spectacle! Le coin a vraiment très belle allure!

Dîner à la cabane, puis sans trop trainer, au dodo!

Le lendemain à l'aube, nous sommes déjà sur le Turtmanngletscher, évitant les crevasses, en train de remonter en direction d'un petit col au dessus des rochers du Stierberg, où la pause est nécessaire. Au loin, les 4000 de Saas-Fee, et plus bas, à nos pieds, le village de Randa. Et pas un seul nuage à l'horizon. Les conditions sont idéales!

Nous continuons, en alternant murs et plateaux glaciaires qui se succèdent. L'altitude se fait sentir, mais avec quelques encouragements, Catherine et Patrick sont dans le tempo, et pas à pas, nous rejoignons le col situé entre les deux sommets. Quelques mètres raides à droite, la corniche sommitale, nous y sommes!

Bishorn! Bravo Catherine, bravo Patrick!

Quelques cordées sont à nos cotés pour partager ce beau sommet.

La vue y est spectaculaire! Du Mt-Blanc au Mt-Rose, en passant par les sommets italiens, le regard peut glisser sur la vallée du Rhone, les Wildstrubels et l'Oberland. La longue arête qui mène au Weisshorn est là, toute proche. Magnifique! Photos, pause, nous savourons cet instant...

Le retour, par le même chemin qu'à l'aller, sera long!

En dessous de la cabane, après le déjeuner, au soleil, nous nous laissons aller à une petite sieste récupératrice dans l'herbe verte et accueillante de l'alpage de Combautanna, au dessus du Roc de la Vache. Très sympa!

Le village de Zinal rejoint, nous prenons ensemble un verre bien mérité, avant de retourner coté français revoir là-aussi nos belles montagnes!

Merci à vous!

 

Christophe Ducroz 

Randonnée - Tour du Ruan - du 16 au 18 août 2012

Pascal

Via Ferrata. Le Mont, Sixt Fer-A-Cheval. 16 Aout 2012

Bastien, Romain, Paul et Claude sur la passerelle
Bastien, Romain, Paul et Claude sur la passerelle
Après l'échelle
Après l'échelle

Claude est de retour, toujours avec Paul, et cette fois-ci accompagnés par Bastien et Romain.

Le parcours réalisé 3 jours plus tôt leur a tellement plû qu'ils veulent renouveler l'expérience et la faire découvrir à leur proches.

A nouveau, avec cette bonne équipe, l'ascension de la via ferrata est réalisée avec brio !

Une mention particulière à Bastien pour qui certaines marches étaient un peu éloignées !

Pour célèbrer ça, nous prenons ensemble un petit verre à Sixt.

Merci à vous !

 

Christophe Ducroz

Alpinisme. Traversée des Ruans (3040 m), Fer-A-Cheval, SIXT, Haut-Giffre. 14 et 15 Aout 2012

Catherine et Patrick au sommet du Grand Ruan
Catherine et Patrick au sommet du Grand Ruan
Une vue depuis la Tête de Pérua
Une vue depuis la Tête de Pérua

Retrouvailles avec Catherine et Patrick.

Quelques années plus tôt, nous avions déjà réalisé ensemble les Dômes de Miages.

A ce moment-là, je leur avais parlé d'un très beau sommet, isolé et sauvage, du coté du Fer-A-Cheval, Le Grand Ruan.

Nous nous retrouvons donc à Sixt, au centre du village, direction le refuge de La Vogealle. Rapidement, en remontant Le Pas du Boret, nous sommes dans l'ambiance: de multiples cascades, de l'espace, des parois vertigineuses...

Arrivés au Boret, nous prenons un verre au chalet-buvette en plaisantant avec Sylvie et Hubert, les propriétaires.

Face à nous, une des plus hautes murailles d'Europe: la face nord-ouest du Tenneverge, 2000 m de la base au sommet. Au loin, les glaciers de Prazon et du Ruan...

Plus haut, nous passons au pied de la raide paroi du Dard et ses voies d'escalade, pour arriver enfin au refuge de la Vogealle. Doriane et Dominique, les gardiens nous réservent un bel accueil. La soirée y sera très agréable, avec un excellent repas dans ce refuge super-confortable.

Le lendemain, départ à la frontale, pour arriver au lever du jour à la Tête de Pérua. Pas un seul nuage à l'horizon, la journée promet d'être belle !

Avant le Col de Sageroux, nous croisons une dizaine de bouquetins qui prennent le soleil.

En remontant à la Tête des Ottans, sur la crête franco-suisse, nous nous arrétons pour admirer les premières lumières sur le massif du Mont-Blanc. Tout va très vite, en quelques minutes, autour de nous, les montagnes s'éclairent ! Ces moments-là sont précieux ! Quel spectacle ! Le Buet, Les Fiz, changent de couleur de minutes en minutes ! Derrière nous, la face est de La Dent de Barme est maintenant parée d'une robe jaune-dorée, intense !

Nous reprenons notre marche pour ensuite prendre la direction du Petit Ruan, dans du terrain plus délicat.

J'ai en effet choisi de faire découvrir à Catherine et Patrick ce Grand Ruan de la façon la plus élégante : La Traversée des Ruans. Petit Ruan, Col des Ruans, Arête Ouest du Grand Ruan, descente direction col du Ruan et retour par le Glacier. Somptueux !

Nous arrivons donc au sommet du Petit Ruan, perché entre Le Vallon de Susanfe, coté suisse, et le Glacier du Ruan, plus bas, versant français. C'est déjà merveilleux ! Près de nous, La Haute Cime, Tour Salière et notre but: Le Grand Ruan.

Après la pause, nous mettons les baudriers et rejoignons Le Col des Ruans, puis nous remontons au pied de l'arête ouest.

Là, l'escalade commence: Encordement, puis mètres après mètres, sur le fil de l'arête frontière, nous nous élevons sur cet éperon aérien qui demande de la prudence. Le ressaut terminé, enfin, nous débouchons sur l'arête terminale. Là, c'est le choc: Le soleil, une vue fantastique sur les  sommets de Suisse et du Mont-Blanc, les eaux bleutées du Lac d'Emosson en dessous.

Quelques pas, la croix, le sommet: Grand Ruan! Intense moment d'émotion! Trop trop beau!

45 minutes d'émerveillement et de repos, puis nous prenons le chemin du retour. Couloir-cheminée, gradins à désescalader, puis le glacier. En ces lieux, vastes et très peu fréquentés, loin de tout, disparut quelque part Jacques Balmat, le vainqueur du Mont-Blanc...

Nous franchissons quelques crevasses, puis au bout du glacier, nous remontons au-dessus de la Tour Saint-Hubert. Il est midi, et nous nous accordons une pause déjeuner méritée, en regardant les arêtes qui mènent au Tenneverge et le Glacier de Prazon...

Le retour sera long, via le Lac et le refuge de La Vogealle, puis le Fond de la Combe, et en fin d'après-midi, le Fer-A-Cheval et Sixt.

Quelle belle course! Exceptionnelle!

Catherine et Patrick, merci à vous!

 

Christophe Ducroz     

Via Ferrata. Le Mont, Sixt Fer-A-Cheval. 13 Aout 2012

Marine, Paul et Claude dans les derniers mètres
Marine, Paul et Claude dans les derniers mètres

Claude, haut-savoyard proche, souhaitait découvrir avec ses enfants Marine et Paul l'activité via ferrata.

Nous nous retrouvons donc en milieu d'après-midi sur la via du Mont à Sixt. Explications, encordements, et c'est parti!

Mur vertical, traversée impressionnante, passerelle, échelle, surplombs... Toutes les difficultés sont maitrisées sans problèmes par cette famille sportive et habituée à évoluer au grand air. Même l'usage de la corde dans les " queues de cochons " est rapidement assimilée !

Un grand bravo à tous !

Du coup, Claude veut revenir ! ;-)

A bientôt !

 

Christophe Ducroz

 

Escalade - « Ligne de Vie » à la pointe du Tuet, vallée du Giffre - 12 août 2012.

Gilles Claye en "Ligne de Vie"
Gilles Claye en "Ligne de Vie"

Il fallait bien aller tester cette nouvelle voie tracée par nos collègues Philippe Gleizes et Jean-Louis Odin. Ni plus ni moins 30 longueurs au total, entièrement équipées et balisées à souhait dans le cadre charmant de la montagne du Tuet, connue pour sa jolie classique Les copains d’abord. Nous avons shunté les 7 longueurs du bas, déjà appréciées plusieurs fois auparavant.

Vous savez, en nos profondes vallées, dès qu’une nouveauté voit le jour, c’est d’abord la suspicion avant l’enthousiasme - on ne crédite jamais les pionniers de félicitations chaleureuses. C’est presque toujours le contraire.

Avec l’ami Gilles Claye, nous avions vécu plus ou moins la même chose à notre époque, lors de la « découverte » de la Dalle du Tuet, à la fin des années 70.

Résultat des courses - une superbe journée à relier tous ces véritables petits secteurs entre eux (petits ?…euh, certains ne font pas moins de 10 longueurs, et valent le coup pour eux seuls).

Et ça grimpe, qu’on se le dise. ET un grand merci sincère à nos deux amis qui ont effectué là un véritable travail de titan !

Par chance, le temps était nuageux donc couvert. Ça nous a évité de rôtir au soleil, terriblement efficace sur ce versant… 

 

Wilfried

 

Randonnée. Le Boret - Bout du Monde (1390 m), Sixt Fer-A-Cheval. 12 Aout 2012

Louis-Amaury et Martine au Bout du Monde
Louis-Amaury et Martine au Bout du Monde

Rencontre au local du B. des Guides de Sixt avec Martine et son fils Louis-Amaury. Rendez-vous est pris pour une randonnée ensemble en direction de l'alpage du Boret.

Nous nous retrouvons au Fer-A-Cheval, et plus exactement sur le chemin du Fond de la Combe, où nous apercevons juste un instant un chamois !

Plus loin, c'est l'attaque du raide et célèbre sentier du Pas du Boret. Ici, ça grimpe ! Le sentier est étroit et vertigineux !

Après quelques pauses, nous arrivons au sommet de ce passage, et par la forêt, quelques encouragements plus tard, nous sommes au chalet du Boret, bien accueillis par Sylvie et Hubert.

Petit café et bonne pause là-haut, dans ce cadre extraordinaire: La face nord-ouest du Tenneverge, avec 2000 m de paroi, les glaciers de Prazon et du Ruan, la paroi du Dard...

Après, nous traversons sur le chemin du Bout du Monde, au pied des falaises et de multiples cascades, où Louis-Amaury, à la recherche de pyrite, un minéral à reflets dorés, explore les torrents.

Nous prenons ensuite le chemin du retour, puis un peu plus tard un petit verre à Sixt.

Une superbe ballade !

Merci Martine ! Merci Louis !

 

Christophe Ducroz 

 

Escalade - Grande Voie. Pointe du Tuet (2037 m), Les copains d'abord. Haut-Giffre. 11 Aout 2012

Ahmed prend le soleil dans Les copains d' abord
Ahmed prend le soleil dans Les copains d' abord
16 ème longueur!
16 ème longueur!

Ahmed est prêt pour une journée en montagne !

Ensemble, nous avions déjà réalisé sur la crête franco-italienne la traversée des Aiguilles d'Entrèves.

Cette fois, nous partons pour la Pointe du Tuet, et la voie " Les copains d'abord" , grande classique de la vallée du Giffre.

Rendez-vous très tôt à Morillon, à 5h30, pour ne pas trop subir la chaleur dans ces dalles orientée sud.

Approche, préparatifs, et c'est parti !

Les longueurs s'enchainent, et à mi-paroi, nous prenons le soleil au pied du grand ressaut terminal.

Soudain, un hélicoptère passe à nos cotés! Il effectue un héliportage pour le refuge de Folly, tout proche.

Nous continuons de grimper sur ces belles dalles calcaires. L'escalade réserve ici de belles séquences, de grandes longueurs, où il faut parfois chercher son chemin, loin du dernier point d'assurance.

Ahmed est en forme, il suit sans problèmes même si la fatigue et la température commence à se faire sentir !

Encore quelques mètres, et nous voilà dans la terrasse herbeuse et fleurie qui marque la fin de la voie ! 17 longueurs menées à un bon rhythme ! Bravo Ahmed ! Après une blessure, c'est excellent ! 

Il est 12h30, l'heure du déjeuner! Petit coup de fil à Jean, le gardien du refuge de Folly, pour le saluer et rigoler un peu en lui disant que l'hélico aurait pu nous livrer à boire ! ;-)

Nous profitons encore un instant de la sérénité tranquille du vallon, en regardant plus haut les sommets : Corne au Taureau, Pte Rousse des Chambres, Les Avoudrues...

Après la pause, nous remontons encore pour sortir au sommet du couloir, avant de basculer sur l'autre versant et la descente. Cette dernière demande encore un peu d'attention pour poser les pieds, et plus bas, nous rejoignons la forêt, et enfin le pré du Crêt, à 14h30.

De retour à Morillon, nous prenons un verre ensemble et trinquer à cette belle journée de montagne!

Merci Ahmed!

 

Christophe Ducroz 

 

Randonnée - Chalets de Loriaz, Vallorcine - 10 et 11 août 2012

Lauria, sa Corne et son Aiguille ;-)
Lauria, sa Corne et son Aiguille ;-)

Quand on porte le même nom qu'une montagne, il faut un jour ou l'autre lui rendre visite ! C'est ainsi que nous sommes montés Claude, Lauria et moi au refuge de Loriaz, de l'autre côté de la montagne (c'est-à-dire à Vallorcine !) en cette magnifique semaine d'août.

 

Après un départ tranquille du Couteray en milieu d'après-midi et une montée qui l'est tout autant à travers cette bien belle forêt d'épicéas et de mélèzes mêlés, nous débouchons deux heures plus tard dans l'alpage de Loriaz, accueillis par les vaches d'Hérens. Ca sent le Valais, pour notre plus grand plaisir ! D'ailleurs, certaines des courroies des potets (traduire sonnailles, sonnettes ou clarines quand on n'est pas de la vallée du Giffre) de ces dames sont ornées du drapeau valaisan.

Les chalets de Loriaz
Les chalets de Loriaz

Ce soir, Lauria découvre l'ambiance typique d'une soirée en refuge. Au menu : derniers rayons de soleil, papotages, parties de cartes, discussions avec les voisins de tablée, préparation du lit pour la nuit, coucher de soleil sur l'autre versant de la vallée et ... dhal bhat, le plat traditionnel népalais confectionné par Ang Passang qui travaille ici l'été ! Quelle entrée en matière pour une première nuit en refuge !

 

Le lendemain, après une bonne nuit de sommeil, on reprend le chemin de la vallée par le hameau du Siseray (probablement un expatrié) avant un bon casse-croûte sur les pentes de la Poya.

Quel plaisir ! Bravo Lauria ! Et bravo aussi à Claude, dont les souliers ont courageusement retrouvé les chemins de montagne après des mois d'inactivité !

 

 

Pascal Stoubenfolle

Alpinisme - Dent du Géant (4013 m), massif du Mont blanc - 10 août 2012.

Dent du Géant, 4013 m, un des rares 4000 rocheux
Dent du Géant, 4013 m, un des rares 4000 rocheux

Avec l’ami Jean-Georges nous prenons l’ascension à contre-courant de ce qui se fait d’habitude. Nous partons tranquillement du refuge Torino en laissant passer pas mal de cordées devant nous. But avoué - attendre la présence du soleil sur l’ensemble du sommet afin d’éviter le froid dans l’ascension de la partie rocheuse à près de 4000 mètres.

Ça beau ne pas être difficile dans les topos, la remontée à se hisser le long des grosses cordes fixes lisses demande tout de même certains efforts, et quand on se laisse engourdir par le froid… Alors vive le soleil !

Retour le soir tranquillement au refuge pour un autre lendemain en altitude… Journée de pur régal, en chemise au sommet…à 4000 !

 

Wilfried

 

Alpinisme. Dent d' Hérens (4171 m), Arête Ouest, Valpelline, Italie. 8 et 9 Aout 2012

Sur fond de Mt-Blanc, Didier au sommet!
Sur fond de Mt-Blanc, Didier au sommet!
Sur le glacier des Grandes Murailles, avec la Dent d'Hérens
Sur le glacier des Grandes Murailles, avec la Dent d'Hérens

Retrouvailles avec Didier, compagnon de nombreuses aventures.

Cette fois, nous prenons la direction de l 'Italie, et plus exactement la vallée de Valpelline, au dessus d' Aoste.

Départ, sac sur le dos, nous longeons les eaux turquoises du barrage de Place Moulin. Plus loin, petite pause au refuge de Prarayer. Nous nous remettons en route et rejoignons en fin après-midi le refuge Aosta, où nous passons une agréable soirée.

Le lendemain, départ du refuge à 4h. Au moment où le jour se lève, nous prenons pied sur le vaste et beau Glacier des Grandes Murailles.

Ensuite, nous remontons les cordes fixes pour rejoindre le Tiefenmattenjoch, col qui marque le début de l'ascension de l' arête ouest de la Dent d' Hérens. 

Là, la vue est saisissante sur La Dent Blanche, la vallée de Zermatt et bien sur le Cervin, tout proche. Tout autour de nous, les sommets s'illuminent avec les premiers rayons du soleil. Promesse d' une très belle journée!

L' escalade de l' arête est jolie, souvent sur le fil, et le rocher est à ce moment-là sec fort heureusement. Didier est en forme, et suit sans problèmes malgré l'altitude qui commence à se faire sentir.

Plus haut, nous remettons les crampons pour la pente de neige qui suit. A la fin de celle-ci, des passages mixtes se succèdent, délicats, et nous rejoignons l' arête finale. Grande ambiance, encore un peu de concentration, quelques pas en neige, et nous arrivons au sommet de cette puissante montagne. Dent d' Hérens, 4171m!

Bravo Didier! La-haut, le panorama est fantastique! Du Grand Paradis au Mt-Blanc, des cimes du Valais à celles du Mont-Rose, nous admirons une bonne partie des Alpes!

Photos, pause et il est temps d'entamer la très longue descente qui nous attend.

Plus bas, nous rejoignons le début de la ligne de rappels. Précautions d'usage, une corde de 60 m est vraiment obligatoire pour regagner le glacier! A la fin de ce dernier, à la mi-journée, la fatigue commence à se faire sentir! Il est l'heure du déjeuner! Pause sympa et appréciée!

Avec Didier, nous retrouvons le refuge pour le café. Encore un moment de récupération avant de commencer le très long chemin du retour!

Un verre à Prarayer nous permet de fractionner la route, et en fin d'après-midi, nous rejoignons le bout du barrage de Place Moulin!

Quelques heures plus tard, de retour coté France, nous repensons encore à cette magnifique course, et à ce très beau sommet!

Merci Didier!

 

 

Christophe Ducroz

Le Buet par la Guivre - 4 août 2012

Itinéraire mystérieux que cette "Guivre" ... On a lu et entendu bientôt tout et son contraire au sujet de ce passage qui permet, du cirque des Fonts, de rejoindre les abords du Buet en s'immiscant au beau milieu des falaises du cirque. D'autant qu'il en existe une fausse, de Guivre ... Les chasseurs sizerets la connaissent, eux, depuis des générations. Emboîtons leur le pas !

 

Samedi 4 août 2012, 8h40, les Fardelays. La portière de la voiture vient de claquer : c'est parti ! La météo annonce un risque d'orage pour l'après-midi, mais on avisera en cours de route. Les nuages bourgeonnent déjà mais, plus étonnant, un vent d'ouest soutenu souffle. Il ne faiblira qu'en milieu d'après-midi.

 

La première étape consiste à monter aux Fonts. Ensuite, l'itinéraire est plutôt bien décrit dans le guide du Club Alpin Suisse "Préalpes franco-suisses", édition de 1979. Je vous le retranscris tel quel :

 

"De la cantine des Fonts (1365 m) un sentier souvent peu apparent remonte tout le cirque au NE en franchissant successivement deux torrents ; s'élever bientôt le long de la rive gauche du ruisseau principal, puis, par une coupure, s'enfoncer dans la motagne à l'angle N du cirque des Fonts : la gorge se divise en deux embranchements une trentaine de mètres plus haut (nda : à gauche, au nord, la Guivre ; à droite, au sud-est, la fausse Guivre) ; traverser le ruisseau sous une cascade au pied de hautes parois et s'engager dans celui de gauche, c'est la Guivre : raide couloir d'éboulis ; gravir cette fente encaissée d'environ 200 m ; déboucher au milieu des parois du cirque, entre une crête gazonnée à gauche et un escarpement blanchâtre à droite ; escalader ce ressaut par des marches naturelles (II ; chaîne) en partant peu au-dessous du sommet du couloir ; grimper ensuite dans les prés inclinés de la Grand Vire du Buet en obliquant à droite ; une petite ravine herbeuse extrêmement raide (piolet utile) permet de franchir un nouveau ressaut ; la pente s'adoucit et l'on rejoint le Plan du Buet où passe l'itinéraire 773 (nda : l'itinéraire du refuge du Grenairon au Buet). Compter 5h30 jusqu'au sommet".

 

A part le fait qu'il faille franchir plusieurs ravines escarpées pour remonter la Grand Vire, la description correspond exactement au terrain. Résutat des courses : sommet du Buet un peu avant 14h, sous un gros cumulus noir. Le vent étant toujours aussi désagréable au sommet, le casse-croûte se fera bien en contre-bas, à l'abri d'un creux sur les frêtes du Grenier de Villy, au soleil.

La descente se poursuit par les Beaux Prés pour regagner le refuge de Fonts où l'on fait halte pour une boisson bien fraîche.

 

Tour d'ampleur que ce Buet par la Guivre avec descente par les Beaux Prés, donc. On sort du cadre de la randonnée traditionnelle. C'est un tour de montagne, comme on dit ici. Ne pas partir sans son piolet, j'ai dû tailler une dizaine de marches dans la mortione du haut de la Guivre. Mais quel ambiance sauvage ! J'y aurai croisé plus de chamois que de randonneurs !

 

Pascal Stoubenfolle

 

Alpinisme. Mont-Blanc (4808 m), Les 3 Monts. 3 et 4 Aout 2012

Sommet depuis le haut du Mur de La Côte
Sommet depuis le haut du Mur de La Côte
Bernard au sommet
Bernard au sommet

Rencontre à l'Aiguille du Midi avec Bernard.

Ce dernier est un ami de Fred, un copain guide, qui est de la partie lui aussi avec 2 personnes.

Après l' arête effilée du départ, nous rejoignons tranquillement le Refuge des Cosmiques, où nous passons une soirée confortable.

Le lendemain, avec Bernard, au petit jour, après quelques mètres raides, nous sommes déjà au dessus de l' épaule du Mont Maudit.

Pause au Col de la Brenva où tout s'éclaire autour de nous! Magnifiques premières lueurs du jours! Bernard est plutôt en forme même si avec l'altitude, il connait des problèmes digestifs. Malgré cela, nous continuons et au sommet du Mur de La Côte, le soleil vient irradier le dôme sommital.

Instant presque irréel ! A ce moment-là, les couleurs si particulières de la Haute-Montagne se révèlent: un dégradé somptueux, une palette où tout change chaque seconde...

Quelques mètres sous le sommet, soudainement, des nuages denses se forment en quelques minutes. Encore un effort, et nous arrivons! Génial! Bravo Bernard!

Quelques photos, et malgré la mauvaise visibilité, nous prenons le temps de savourer ce très beau moment!

Il est temps de redescendre! Plus bas, vers les Rochers Rouges supérieurs nous croisons Fred et sa bande. Succès pour eux aussi !

En contrebas de l'épaule du Mont Maudit, comme d' habitude depuis maintenant un bon mois, nous repassons sous les nuages, au soleil.

Pas de problèmes au retour, et quelques heures plus tard, toute l'équipe se retrouve autour d'un verre à Chamonix!

Félicitations!

 

Christophe Ducroz 

Alpinisme. Aiguille Verte (4122 m), Arête du Jardin. 30, 31 Juillet et 1er Aout 2012

Dom au sommet de la Grande Rocheuse
Dom au sommet de la Grande Rocheuse
La Verte! Bravo Dominique!
La Verte! Bravo Dominique!

Les Grandes Jorasses
Les Grandes Jorasses
Mont-Blanc, depuis le Couvercle
Mont-Blanc, depuis le Couvercle

Au départ du Montenvers, à Chamonix, retrouvailles avec Dominique.

Quelques heures plus tard, via La Mer de Glace et les échelles des Egralets, nous arrivons au Refuge du Couvercle.

C'est un endroit extraordinaire, un de mes favoris du Massif du Mont-Blanc. Du refuge, le panorama est fantastique: L' immense muraille de la Face Nord des Grandes Jorasses, les Aiguilles de Talèfre, la Pte Isabella, Les Courtes, Les Droites... Le gardien Michel et son équipe sont comme d'habitude, très sympas et accueillants.

Avec Dominique, nous prenons quelques heures de repos.

Le lendemain, à la lumière des lampes frontales, départ à 1h15.

Une cordée nous suit, à la trace...

La rimaye franchie, nous remontons le couloir sous les Clochetons, pour au plus haut, traverser en ascendance à gauche dans du terrain mixte pour rejoindre le passage-cheminée en 4.

Ce dernier, avec un peu de glace, crampons aux pieds, réserve une belle séquence d'escalade. Peu après, je cherche pendant 20 min le bloc coincé mentionné dans le topo, que je ne trouverais pas... ?

Sur la gauche, un beau couloir nous tend les bras. Je plante 2 clous, installe une sangle et un rappel plus tard, nous rejoignons ce beau couloir-goulotte que l'on remonte jusqu' à un petit col en dessous du sommet, rejoint 15 min plus tard.

Super! Aiguille du Jardin, premier 4000 m de la journée!

Après, nous arrivons au dessus du Col Armand Charlet, vertigineux passage, redouté par Dominique. Descente en rappel versant Argentière, puis du sommet du Col, encore 2 petits rappels ou j'installe une lunule. On remonte ensemble versant Talèfre dans du terrain mixte et délicat, pour enfin terminer par l'arête sommitale.

La Grande Rocheuse! Un autre 4000! Magnifique sommet!

Photos, la journée est belle et la vue magnifique! Nous aperçevons des cordées au sommet de la Verte, toute proche!

Les rappels pour rejoindre en contrebas le Col de La Grande Rocheuse sont raides et très impressionnants! Dominique parvient à contrôler ses peurs, et le Col est enfin rejoint, endroit idéal pour une bonne pause. Dominique doute et hésite pour remonter à la Verte. Je l'encourage et pas à pas, sans sacs, nous remontons lentement l'arête pour arriver à 14 h 15 à ce célèbre sommet.

Aiguille Verte. 4122 m. MAGIQUE!

J'y retrouve des amis et collègues chamoniards, Louis Laurent, Julien Herry et compagnie. Avec Dominique, nous savourons cet instant.

Intense moment d'émotion, car Dominique termine là avec cet ultime sommet la série des 82 sommets de plus de 4000m de toutes les Alpes! Félicitations et un immense bravo! Et quel dernier sommet! Fabuleux!

Après, il nous faut redesçendre et rejoindre le Col, et les sacs pour le casse-croûte. Grosse pause, nécessaire. Il faut reprendre des forces, et patienter en attendant que la chaleur tombe, avant d'entreprendre la desçente par la longue série de rappels du couloir Whymper.

Au pied de celui-ci, il fait nuit, et nous retrouvons là les membres de la cordée qui nous ont suivis depuis le début de la course. Ceux-ci sont complétement désemparés, ne sachant comment franchir la rimaye... Je trouve le passage, et ensemble, avec Dominique, nous pouvons revenir sur le glacier de Talèfre, sous un magnifique clair de lune.

Le refuge est rejoint à 0 h 15, 23 heures après le départ... Dodo!

Le lendemain, petit déj, et quelques mots avec Michel. Il m'apprend que les amis chamoniards présents au sommet hier étaient là-haut pour rendre un très bel hommage à Max Belleville, un collègue guide trop tôt disparu.

Avec Dominique, nous nous remettons en route. Nous saluons Michel et nous quittons le Refuge du Couvercle. Un petit coin de paradis!

A la mi-journée, nous rejoignons Chamonix, pour un bon déjeuner ensemble au Bistrot des Sports!

Quelle course! Un beau voyage! De superbes sommets !

Santé Dominique! Et encore un immense bravo!  

 

Christophe Ducroz

 

Alpinisme. Col de la Brenva (4303 m), Mt-Blanc. 27 Juillet 2012

Ollie à l' Aig du Midi
Ollie à l' Aig du Midi

Coup de fil avec Yann, un collègue guide. Rendez-vous avec Ollie au départ du téléphérique de l' Aig. du Midi.

Loin de son Ecosse natale, il a gravi quelques jours plus tôt le Mt-Blanc du Tacul, et souhaite cette fois-ci aller plus haut, jusqu' au Mt-Blanc.

Nous rejoignons le confortable Refuge des Cosmiques pour la soirée.

Réveil à 1h, petit déjeuner, préparatifs. Nous partons, à la lueurs de nos lampes frontales, sous les étoiles.

Petite pause au Col du Midi, puis nous attaquons doucement le 1er mur du Tacul. A l'épaule du Mont-Maudit, tous les sommets sont pris dans le brouillard, visibilité nulle. Je continue quand même jusqu'au Col de la Brenva. Nouvel arrêt. Avec ce temps-là, pour des raisons de sécurité, je décide de ne pas continuer plus haut. Nous attendons vainement une éclairçie, et discutons pendant 3/4 heures. Quelques cordées continuent, la plupart sont redescendues ... Nous rebroussons chemin; A ce moment-là, les conditions ne sont pas du tout réunies pour un beau sommet!

Pendant la descente, au niveau du Tacul, le soleil réapparait. Nous l'aurons durant tout notre retour, jusqu'au sommet de l' Aiguille du Midi. Mais quelques heures plus tard, quand nous sommes à Chamonix en milieu d'après-midi, là-haut, du Maudit au Dôme du Gouter, de la journée, rien n'a bougé: Le " couvercle " est toujours permanent sur la zone sommitale...

Une fois de plus, le Mont-Blanc, c' est " facile "!

 

Christophe Ducroz

 

Randonnée Glaciaire. Glacier des Rognons et Glacier d'Argentière. 26 Juillet 2012

Glacier des Rognons et Aig Verte
Glacier des Rognons et Aig Verte

Encore une belle journée pour aller en montagne!

Je retrouve certains des membres de la veille, direction cette fois Lognan et le sommet de l' Aiguille des Grands Montets.

Encordés, la rimaye franchie, nous desçendons tranquillement le Glacier des Rognons, en admirant tous les sommets qui nous entourent: Aiguille Verte, Droites, Courtes, Dolent, Aiguille d' Argentière, Chardonnet, magnifiques aujourd'hui. En franchissant quelques crevasses, et avec quelques conseils sur les techniques de cramponnage, nous rejoignons le sentier, en haut de la moraine. C'est un lieu parfait pour les photos!

Plus bas, à nouveau, nous utilisons la corde pour les échelles, qui donnent accès au Glacier d' Argentière. Sur ce dernier, nous nous accordons une pause trois étoiles, et le déjeuner!

Plus tard, nous rejoignons le Point de vue, et le sentier de retour jusqu'à Lognan. La terrasse nous invite à prendre un dernier verre ensemble, en repensant encore à ces beaux sommets aperçus plus haut...

 

Christophe Ducroz

 

Escalade. Les Gaillands, Chamonix. 25 Juillet 2012

Une journée aux Gaillands, l'école d'escalade de référence de Chamonix.

Un cadre très agréable, pas trop de monde, et un soleil généreux!

Des enfants en matinée et adultes-ados l'après-midi, où toutes les bases de l'escalade sont expliquées et appliquées: matériel, encordement, assurance, progression, escalade, rappel...

Tous se sont bien dépensés, et se sont bien amusés!

Quelques grosses gouttes en fin d'après-midi pour nous rafraichir et terminer la séance, toujours avec le sourire!

 

Christophe Ducroz

 

 

Alpinisme. Aiguille du Chardonnet (3824 m), Arête Forbes, Mt-Blanc. 21 et 22 Juillet 2012

Ivan et Koen au sommet
Ivan et Koen au sommet
L'Aiguille du Chardonnet domine le Glacier du Tour
L'Aiguille du Chardonnet domine le Glacier du Tour

Du beau temps prévu en montagne... Ivan est disponible, et souhaite faire une belle course avec Koen, son fils. Il y a quelques années, nous avons gravi tous les 3 l' Arête Sud de l'Aiguille du Moine. Un très beau souvenir!

Cette fois, direction le refuge Albert 1er et sa vue magnifique sur le Glacier du Tour et l' Aiguille du Chardonnet. C'est notre objectif du lendemain! Nous passons une soirée agréable mais sans trop tarder, nous rejoignons les couchettes. Réveil prévu à 2h!

Le lendemain, à la lumière de nos lampes frontales, départ du refuge à 2h45. L'approche glaciaire ne pose pas de problèmes, et nous faisons une pause à l'attaque, en attendant les premières lueurs du jour.

La pente qui suit est raide, par endroit glacée, et demande de l'énergie! Au dessus un mini-plateau est le bienvenu pour boire un coup. Autour de nous, tout s'éclaire... La journée va être très belle! Le passage de la Bosse est en bonnes conditions et avec le soleil, nous rejoignons l'arête.

Après, c'est un enchainement de passages délicats, en plein ciel, avec de la recherche d'itinéraire. Du bel alpinisme: éperons, tours, escalade, passage sur le fil de l'arête, contournements, descente...

Dans ce terrain, je tiens à féliciter Koen et Ivan pour leur calme et leur maitrise.

Avec l'altitude, la fatigue se fait sentir, mais après un ultime effort, le sommet est là! Nous y sommes! Un sommet magnifique sur une montagne qui ne l'est pas moins! Quelques photos, une courte pause en admirant les sommets aux alentours! Quelle vue et quelle belle journée!

Nous reprenons la descente, et à nouveau très rapidement, nous sommes dans le vif du sujet: Sur une arête très effilée, je décide pour plus de sécurité de passer moi d'un coté de l'arête et Ivan et Koen de l'autre coté, avec la corde entre nous! Le couloir qui suit, à la descente, chauffe bien les chevilles et les mollets!

Nous arrivons au départ des rappels où se trouve quelques cordées. Je dis à Ivan de continuer à désescalader dans ce terrain raide mais facile, avec des gros blocs. Surpris, il me dit: " On ne vas pas quand même pas descendre à coté de ceux qui font le rappel!" Hé bien si... ;-)

Plus bas nous faisons un grand rappel, puis rejoignons le col. Après, la rimaye et les crevasses franchies, nous prenons enfin pied sur le Glacier du Tour. C'est le temps du déjeuner, et d'un repos bien mérité!

Après la descente du glacier et 11 heures plus tard, nous arrivons au refuge où se déroule un mini-concert. Sympa!

En fin d'après-midi, par le chemin retour, et encore en prenant de nombreuses photos de cette très belle montagne du Chardonnet, nous rejoignons le petit village du Tour.

Quelle belle course!

 

Christophe Ducroz

 

Escalade. Le Tuet, Haut-Giffre. 19 Juillet 2012

Martin en rappel
Martin en rappel
Son fils, Jasper dans la même situation.
Son fils, Jasper dans la même situation.

Rencontre la veille au local du B.Guides de Sixt avec Martin et sa famille. Lui et son fils Jasper sont prêts pour une séance d'initiation escalade.

En matinée, nous prenons la direction du Tuet, et son beau calcaire.

Ensemble, nous passons en revue les bases indispensables pour évoluer en confiance : Encordement, assurage, escalade, techniques de progression, relais et rappel.

Tout cela sous l'oeil bienveillant de quelques randonneurs, et même de Jean, le gardien du refuge de Folly, de passage.

Une matinée bien remplie, et très agréable!

A bientôt pour une grande voie!

 

Christophe Ducroz 

 

Alpinisme. Pain de Sucre du Mt-Tondu (3169 m), Mt-Blanc. 17 Juillet 2012

Au sommet du Pain de Sucre
Au sommet du Pain de Sucre

C'est reparti!

Avec la même équipe, et avec encore du ciel bleu, nous quittons le confortable Refuge des Conscrits (merci à Xavier, le gardien) pour prendre pied sur le Glacier de Tré-la-Tête. Sur l'autre rive, c'est la pause et nous en profitons pour laisser quelques affaires et alléger les sacs au maximum. Nous passerons par là au retour.

Crampons aux pieds, une longue traversée oblique nous amène au plateau sous le Col du Mont-Tondu, où nous rejoignons le soleil. Arrêt boisson chaude car le vent est bien présent, plus que la veille.

Encore quelques efforts et malgré la fatigue accumulée ces derniers jours, nous rejoignons tous le Pain de Sucre, magnifique belvédère!

Tout autour de nous, plusieurs bassins glaciaires différents, Tré-La-Tête, Le Glacier des Lanchettes avec le Refuge Robert Blanc, le Glacier des Glaciers, et d'innombrables sommets magnifiques aujourd'hui!

Mt-Blanc, Aig des Glaciers, Grivola, Ruitor, Les Ecrins, La Meije...

Mais il faut redescendre, et nous nous remettons en route.

Nous rejoignons le Glacier de Tré-La-Tête pour refaire les sacs et recharger un peu les organismes.

Le retour aux Contamines via le Glacier et le Chalet sera comme d'habitude long et éprouvant, mais avec encore à l'esprit et pendant longtemps des merveilleuses images de montagne...

 

Christophe Ducroz

 

Alpinisme. Traversée des Dômes de Miage (3670 m), Mt-Blanc. 15 et 16 Juillet 2012

Au 3ème Dôme
Au 3ème Dôme
L'esthétique 2ème Dôme
L'esthétique 2ème Dôme

Au sommet de La Bérangère. C'est dur! ;-)
Au sommet de La Bérangère. C'est dur! ;-)
Miage, Mt-Blanc
Miage, Mt-Blanc

Rencontre avec Anne-Catherine, Carine et Christophe.

Aux Contamines, les sacs et le matériel vérifié, nous partons depuis le Cugnon pour rejoindre via la forêt le Chalet-buvette de Tré-La-Tête.

C'est un bel endroit pour le déjeuner!

Après, c'est la traversée du Mauvais Pas et le Glacier jusqu'aux échelles; Encordement, puis après, par le sentier nous arrivons au Refuge des Concrits pour la soirée. Diner quatres étoiles pendant qu'il neige un peu sur la terrasse extérieure...

Au milieu de la nuit, c'est le départ sous les étoiles et à la frontale pour rejoindre le Glacier. Au lever du jour qui s'annonce magnifique, nous le remontons lentement, en croisant quelques crevasses. Anne-Catherine en profite pour bien se réveiller: Elle passe à travers un pont de neige, et se retrouve retenue par les bras, et surtout la corde! ;-)

Encore quelques efforts, et malgré le vent et l'altitude qui commence à se faire sentir, nous rejoignons le Col des Dômes, puis le 3ème, où nous prenons la pause et le temps pour les photos.

Après, c'est la chevauchée fantastique sur le fil des arêtes, aériennes et effilées des Dômes de Miage.

Un grand classique, mais vraiment somptueux!

D'excellentes conditions de neige ce jour-là nous permettent de redescendre la pente toujours délicate qui mène au Col de la Bérangère.

Cette pente laisse des souvenirs!! ;-)

Juste après celle-ci, la pause est nécessaire! Pas à pas, nous remontons à l' Aiguille de la Bérangère. Mini-sieste au sommet!

Dans l'après-midi, et après de belles glissades sur les névés de La Bérangère, le casse-croute au passage, le Refuge est à nouveau rejoint. Repos, dîner, quelques bières avec les copains guides, et dodo.

Demain, direction Mont-Tondu!

 

Christophe Ducroz

 

Randonnée. Col et Lac D'Anterne (2257 m), SIXT, Haut-Giffre. 13 Juillet 2012

Bugs et Ludo à Anterne
Bugs et Ludo à Anterne

8h, coup de téléphone de Philippe Bugaud, dit " Bugs ". Il vient faire un tour à Sixt, avec Ludo, et me demande si je suis dispo pour les rejoindre...?

J'avais prévu du repos, mais entre Philippe et moi, les liens sont très forts. Ami, montagnard aguerri, base-jumper, et skieur d'exception, nous avons travaillés ensemble comme pisteur-secouriste à Avoriaz pendant 10 ans, et dès que cela était possible, nous nous sommes " tirés la bourre" à skis. Il est toujours devant... ;-)

Quelques gouttes, mais l'envie d'aller prendre l'air ensemble est la plus forte!

Ludo et Bugs ne connaissent pas Anterne. Un peu plus tard, on se retrouve aux Fonts. Magnifique cirque de montagne, ses chalets, au pied de la face Ouest du Buet, et de ses couloirs. En hiver, avec Bugs, on y a trainé nos spatules ensemble...

Baskets, petits sacs, on remonte rapidement au Petit Col. Le plateau d'Anterne se dévoile. Encore un effort, et c'est le Lac. Somptueux!

On pousse la plaisanterie jusqu'au Col, où l'on fait la pause casse-croute. Ludo sort le pain et la tomme, Bugs le couteau, petits beurres et chocolat... A l'attaque! ;-)

Le Massif du Mt-Blanc est masqué par de sombres nuages, et à l'abri du vent, coté Sixt, nous admirons le paysage.

J'adore cet endroit!

La Chaine des Fiz, imposante et immense barrière rocheuse, verticale, contraste avec les eaux bleutées du Lac et le vert profond et doux des grands espaces du Plateau d'Anterne.

Comme disait le poète Georges Brassens: Un petit coin de Paradis!

A regrets, il faut interrompre la rêverie, et se remettre en route.

On fait le tour du Lac, un coup d'oeil au déversoir, puis, hors-pistes, à travers les lapiazs, près de la résurgence, on marche jusqu'au refuge Alfred Wills pour boire le café.

Après, on remonte par les arêtes, pour gagner à nouveau le Petit Col.

On bascule versant Les Fonts. En bordure du chemin: gentianes, orchidées, compagnons rouges, campanules, ancolies... La ligne éléctrique THT, malheureusement là, au-dessus de nos têtes, est vite oubliée.

Cette rando magnifique se termine autour d'un verre au Refuge des Fonts, où l'arrêt est obligatoire! Benoit, le fils du gardien, est un ami et compagnon de cordée de nombreuses aventures. Il n'est pas là mais cela ne nous empêche pas de savourer une tartelette aux myrtilles "maison"! Un bonheur! Merci! ;-)

Encore un coup d'oeil au Chalet d'Alfred Wills, pour l'histoire et la culture alpine, et c'est la redescente.

Dis Bugs, pour des journées comme-ça, tu me rappelles quand tu veux!!!

 

Christophe Ducroz 

 

Alpinisme. Aiguille du Peigne (3192 m), Mont-Blanc. 12 Juillet 2012

Entre 2 nuages, l'Aig. du Midi
Entre 2 nuages, l'Aig. du Midi
Ivan au sommet du Peigne
Ivan au sommet du Peigne

Ivan, fidèle compagnon de course, avait parmi ses rêves de montagnes le souhait de gravir l' Aiguille du Peigne.

Un fameux sommet, situé dans les Aiguilles de Chamonix, avec son arête sommitale hérissée de tours et de pointes effilées.

Nous sommes prêts, et c'est le départ sur le sentier d'accès depuis le Plan de l' Aiguille.

Pas besoin de crampons pour le névé du Peigne. En remontant quelques gradins, la voie serpente dans le Couloir des Papillons. Une traversée à gauche pour rejoindre l'arête, et là, les quelques passages d'escalade qui suivent sont très acrobatiques!

Nouvelle vire, large, c' est la pause. Sur le téléphone, beaucoup de messages. On apprend le drame qui s'est joué au Mont-Maudit ce matin. On prend le temps de rassurrer nos proches. Merci à eux...

Malgré cette triste nouvelle, la météo est splendide, et nous décidons de continuer.

Le gendarme 3009 m est contourné, puis la brêche 3043 m rejointe.

L' escalade reprend, traverse pour rejoindre la vire de quartz. Encore quelques pas raides et délicats, et nous débouchons sur la crête sommitale. Le parcours qui suit est vraiment très aérien! Exactement sur le fil, petit rappel, les derniers mètres, sommet!

Magnifique, et l'espace est tellement réduit qu'il est difficile de reculer pour la photo! ;-) Quel beau sommet!

Retour, les rappels s'enchainent pour la descente; On croise à la vire de quartz des groupes ENSA avec leurs profs. Je connais et on échange quelques mots sympas.

Ivan a encore de l'énergie et l'on continue, sans problèmes.

Quelques heures plus tard, petite bière à Chamonix.

Félicitations Ivan!

 

Christophe Ducroz

 

Alpinisme. Mont-Blanc du Tacul (4248 m), 10 Juillet 2012

Thibeault et Arnaud au sommet
Thibeault et Arnaud au sommet

Arnaud et Thibeault sont prêts pour une tentative au Mont-Blanc.

Au sommet de l'Aiguille du Midi, je m'encorde avec Thibeault.

Fabien fait cordée avec Arnaud.

Dès les premiers mètres, il faut être conçentré sur le fil de l'arête!

Après le Col du Midi, nous remontons les pentes du Mt-Blanc du Tacul.

Thibeault et Arnaud sont acclimatés et nous progressons rapidement.

Avec un vent violent, les conditions météos du jours sont difficiles!

Ensemble, nous débouchons à l'épaule, à 4000 m.

Malheureusement, au dessus du Mont Maudit, c'est du gros mauvais temps! Le vent est très fort, et le masque de ski est indispensable!

Au pied du Maudit, nous prenons la sage décision de faire demi-tour. C'est mieux ainsi. Au dessus de nous, le temps se dégrade encore...

Au retour, malgré ces conditions limites, nous grimpons au sommet du Tacul. Super! 4248 m!

Bravo Thibeault! Bravo Arnaud!

Quelques photos et il est temps de redescendre! Plus bas, nous prenons même quelques flocons avant le Col du Midi.

Enfin, nous prenons une pause bien méritée!

Comme nous, toutes les cordées aux alentours reviennent vite au sommet du téléphérique!

Quelques heures plus tard, toute l'équipe de ces derniers jours se retrouve à Chamonix autour d' un verre.

Merci à vous! 

 

Christophe Ducroz

Alpinisme. Tour Ronde (3792 m), Mont-Blanc. 9 Juillet 2012

Fantastique versant Brenva
Fantastique versant Brenva
La belle équipe au sommet avec La Vierge
La belle équipe au sommet avec La Vierge

Avec la même équipe que la veille, et après la nuit au refuge Torino, le départ s'effectue aux premiers rayons du soleil.

Les lumières du matin sont magiques!

Un ciel bleu, pas de nuages; les conditions sont idéales! 

Après le Col des Flambeaux, nous arrivons ensemble au Col d' Entrèves.

Là, l'escalade commence le long de l'Arête Freshfield; Un passage caractéristique: Le rasoir avec une jambe de chaque coté de la frontière! Puis la route est longue en utilisant les vires mixtes du versant Brenva. Lentement, la dernière pente de neige est remontée, puis après les derniers mètres, le sommet de la Tour Ronde est là, avec la Vierge!

Tout autour de nous, la vue est extraordinaire! Nous admirons longuement les sommets aux alentours...

Vient le temps du retour, où à mi-parcours, je propose à la troupe d'utiliser le petit couloir à gauche de la voie normale. Fabien et sa cordée se prépare également.

Après les manoeuvres de corde et la désescalade, le glacier est rejoint, et la pause déjeuner au Col est la bienvenue! Christophe, Arnaud et Thibeault se sont bien débrouillés!

Surprise: Nous avons même la visite de 2 skieurs!

Plus tard, le refuge Torino est à nouveau rejoint, et la descente en téléphérique sur Courmayeur vient cloturer cette merveilleuse journée de montagne!  

 

Christophe Ducroz

Alpinisme. Traversée des Aiguilles Marbrées (3535 m), Mont-Blanc. 8 Juillet 2012

Les Marbrées depuis le Col du Géant
Les Marbrées depuis le Col du Géant
Thibeault, Arnaud et Christophe au sommet
Thibeault, Arnaud et Christophe au sommet

Fabien, un ami et collègue guide, me contacte pour encadrer ensemble un groupe de 3 personnes, Arnaud, Thibeault et Christophe.

Nous avons prévu une nuit au refuge Torino, et des courses dans ce secteur. Je lui propose cette Traversée des Aiguilles Marbrées.

Préparatifs, et nous partons depuis le Col du Géant pour rejoindre le départ. Pour ma part, je suis encordé avec Christophe.

Ce dernier commence par un gag: Il perd son casque dans la faille entre le glacier et le rocher. Après quelques contorsions, le casque est récupéré mais dans la bataille, ses lunettes sont perdues. :-)

Après cet exercice, nous nous préparons pour la suite.

Le niveau du glacier baisse, et les premiers mètres sont soutenus. Quelques pas d'escalade délicats pour acceder à l'arête, que nous empruntons ensuite, entre France et Italie.

Un peu plus tard, toute l'équipe est à 3535 m, au sommet!

Après la pause déjeuner, nous enchainons avec la descente pour rejoindre le Col de Rochefort.

Au retour, Fabien, Thibeauld et Arnaud repasse par la Face Nord du Petit Flambeau. La cordée des Christophe file au refuge.

Toute la bande s' y retrouve un peu plus tard pour un verre.

Une bonne première journée! 

 

Christophe Ducroz

Randonnée - Tête de Villy, en traversée depuis le col des Chaux - 7 juillet 2012

Paradis ...
Paradis ...

Une belle journée est annoncée avant un retour de la pluie dans la nuit, il faut en profiter. Malgré un départ tardif, le cap est mis les Fardelays, où l'on va laisser la voiture, avant de sélever vers un des petits trésors cachés qu'abrite Sixt : la montée au col des Chaux via les Fonts et les Beaux Prés. Comme le laisse présager la toponymie, qui plus est à cette période de l'année, il ne va s'agir que de fontaines, de cascades, de verdure, d'abîmes insondables et de vues imprenables. Un trésor peu fréquenté, vous dis-je !

 

Attention, avertissement avant de se lancer : on n'emmène pas n'importe qui dans ces parages, il faut avoir le pied sûr. D'une part dans la montée aux Beaux Prés, peu après la traversée du nant (dont le fond est encore recouvert d'un gros névé en forme de pont de neige), où de courtes traversées en dévers peuvent donner des sueurs froides à qui n'en a pas l'habitude ; d'autre part dans la traversée des arêtes du col des Chaux à la Tête de Villy (la sente y est bien marquée mais on n'a par endroits que la place de mettre un pied devant l'autre et il est interdit de "s'encoubler" sous peine de finir "blêt" comme un vieille poire au pied d'une barre).

 

Bref, à part cela, un pur bonheur pour les amateurs de montagne et de solitude : pas âme qui vive en ce jour entre le refuge des Fonts à l'aller et le bas du col d'Anterne au retour. A part, chamois, chocards et aigle bien sûr !

 

Pascal Stoubenfolle

 

Alpinisme. Gran Paradiso (4061m), Italie. 6 et 7 Juillet 2012

Notre cordée au sommet, avec La Vierge
Notre cordée au sommet, avec La Vierge

Gérard souhaitait depuis un certain temps associer à nos sorties un de ses proches, Hervé.

Ce dernier, après des soucis de santé, est de la partie et cette fois nous accompagne.

Direction le Val d'Aoste, puis le Valsavarenche, pour une montée au refuge Vittore Emanuele.

Comme souvent, le coin est enchanteur: Sentier magnifique, cascades, mélèzes, et dans la partie supérieure, une vue splendide sur les montagnes aux alentours.

Arrivés au refuge, nous nous installons, relax...

Au diner, je vois arriver Didier qui termine la sieste, et qui est là aussi pour le même objectif! ;-)

Le lendemain, nous arrivons au pied du glacier au lever du jour.

Une très belle journée se dessine!

Equipement, puis pas à pas, nous nous élevons en direction de la Becca di Moncorvé. Pause obligatoire, mais le vent est bien présent!

Nous repartons pour le col, juste avant le sommet.

Après quelques pas d'escalade délicats sur le fil de l'arête, nous y sommes! 4061 m, et une grosse bise de plus à la Madone!

La vue à 360° autour de nous est tout simplement magnifique!

Au retour, nous croisons les cordées et il faut s'organiser, être prudent et patient.

Le col rejoint, via le glacier, nous rejoignons le refuge vers la mi-journée. Hervé et Gérard ont vraiment bien tenu le coup!l Bravo! 

Plus bas, de retour à Pont, on trinque ensemble à ce beau sommet du Gran Paradiso!

 

Christophe Ducroz 

 

Alpinisme. Monch (4099 m), 0berland, Suisse. 4 Juillet 2012

Une photo du Monch, prise au retour
Une photo du Monch, prise au retour

Une journée de disponible, et un créneau météo favorable?

Le sac est rapidement préparé, et je pars au milieu de la nuit pour rejoindre Grindelwald, petit village niché au coeur de l 'Oberland Bernois, connu pour sa situation au pied de la célèbre Face Nord de L'Eiger, une des 3 plus importantes des Alpes.

Je prends le premier train qui mène au Jungfraujoch, et là, à la sortie de la galerie où l'on prend pied sur le glacier d'Aletsch, je m'équipe, je bois un coup et c'est parti!

Le plat qui mène au départ de la Voie Normale avalée, je remonte cette arête, plutôt neigeuse, avec quelques pas d'escalade.

Je vais vite, j' ai besoin de prendre l'air...

Dans la partie supérieure, je fais très attention sur le fil de l'arête aux corniches, puis quelques mètres plus loin, je débouche au sommet!

Magnifique! Un beau sommet, qui culmine à 4107 mètres!

Je regarde l'heure et je me dis que je n'ai pas trop trainé!

De la sortie de la galerie du Junfraujoch au sommet: 1h20.

Je suis dans le brouillard, mais malgré celà, je reste un bon moment au sommet, à admirer les alentours, entre 2 nuages...

Puis je redescends par le même chemin où je croise quelques cordées, étonnées de me voir seul et déjà en bas.

J 'en profite pour aller dire bonjour à la Cabane du Monch, où je bois un coup et discute un peu avec Heidi, la gardienne.

Retour au Jungfraujoch pour la pause déjeuner et un peu de tourisme, et déjà les premiers nuages sombres et bien chargés arrivent très vite...

Je rejoins Grindelwald où là, un violent orage se déclenche.

Je suis passé au bon moment!

 

Christophe Ducroz